Football Can 2008

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Football Can 2008

Message par Quaresma77 le Mar 5 Fév - 14:36

EGYPTE - ANGOLA : 2-1

Buts : Hosni (24 s.p.) et Zaki (38e) pour l'Egypte. Manucho (26e) pour l'Angola.

Et une étape de plus. Une ! Engagée dans la conquête d'un sixième sacre, bien que détenant déjà le record de victoires dans la compétition (5), l'Egypte a franchi lundi l'obstacle Angola non sans éprouver certaines difficultés. Face à la jeunesse et à la fougue angolaises, les Egyptiens ont su faire preuve de maîtrise pour s'imposer de justesse et ainsi rester en course pour un formidable doublé. Mais que les tenants du titre ont dû lutter pour vaincre cette étonnante formation angolaise.

Même s'ils sont les premiers à se mettre en évidence par Emad Moteab (12e), ainsi qu'à inscrire le premier but sur un penalty d'Hosni (24e ; 1-0), ce sont bien les Palancas Negras qui marquent les esprits dans cette première période. Quelques instants à peine après l'ouverture du score, Manucho se distingue en effet en réalisant le geste parfait : contrôle en mouvement enchaîné avec une frappe soudaine qui surprend Al Harabi (26e ; 1-1). Le portier égyptien n'est dès lors sans doute pas le seul à accuser le coup devant la facilité avec laquelle Manucho et son compère d'attaque, Flavio, multiplient les actions de grande classe. Grâce notamment à ses deux gazelles, l'Angola est armé pour lutter contre le collectif égyptien parfaitement huilé. C'est du moins ce que tout le monde pense après cette égalisation lumineuse.

Une seule erreur, une de trop

Malheureusement pour la dernière équipe d'Afrique australe encore en lice, la machine égyptienne ne tarde pas à repasser en tête. Suite à une grossière erreur de Kali en défense, Amr Zaki est tout heureux de redonner l'avantage aux siens (38e ; 2-1), un but qui sera du reste suffisant pour qualifier l'Egypte puisque Manucho (46e et 60e) par deux fois en seconde période manquera la balle de l'égalisation. Entre temps, Lama, le portier angolais, réussira également un festival dans sa cage (62e, 68e, 74e, 85e). Pas de quoi en revanche permettre à son équipe de franchir le cap des quarts de finale. Assez toutefois pour sortir la tête haute et se positionner encore un peu plus haut sur la carte du football mondial.

Il faut dire qu'un quart de finale en CAN après une première Coupe du monde réussie en 2006, il y a pire. Mais il y a mieux aussi. L'Egypte se qualifie en effet pour sa douzième demi-finale, lors de laquelle elle affrontera jeudi la Côte d'Ivoire. L'heure de la revanche a sonné puisque les Pharaons avaient en effet conquis le titre en 2006, au nez et à la barbe des Eléphants. Ça promet...

Quaresma77
Ministre
Ministre

Nombre de messages : 2088
Age : 22
Localisation : mourouj 26
Date d'inscription : 05/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Football Can 2008

Message par Quaresma77 le Mar 5 Fév - 14:39

TUNISIE - CAMEROUN : 2-3 (a.p.)

Buts : Ben Saada (35e) et Chikhaoui (81e) pour la Tunisie - M'Bia (19e et 92e) et Geremi (27e) pour le Cameroun.

Le Cameroun s'est fait très peur mais est parvenu à valider son billet pour les demi-finales en battant la Tunisie 3-2 après prolongation. Les Lions Indomptables ont bien débuté la rencontre mais ont ensuite vu les Tunisiens, dos au mur, se libérer et égaliser peu avant la fin du temps réglementaire. La sélection d'Otto Pfister n'a pas offert son meilleur visage mais a pu compter sur la puissance et le réalisme de M'Bia, héros du jour avec deux buts dont un en prolongation.

Otto Pfister, le sélectionneur camerounais a pourtant préféré laisser Job et M'Bami sur le banc et aligné Idrissou aux côtés de Eto'o et Makoun, milieu récupérateur. Les Lions Indomptables profitent de la prudence et de la passivité tunisienne dans les premières minutes. Le Lillois est tout près d'ouvrir le score de la tête après un centre de Geremi venu de la droite (5e). Les Aigles de Carthage répliquent par l'intermédiaire de Chikhaoui qui récupère le ballon dans les pieds des défenseurs camerounais mais ne cadre pas sa frappe croisée du gauche (10e). Mais ses partenaires demeurent trop craintifs et subissent les assauts adverses. M'Bia ouvre ainsi logiquement la marque en reprenant, au deuxième poteau, un centre venu de la gauche après une sortie hasardeuse de Kasraoui, le portier tunisien (0-1, 19e). Le Cameroun double même son avantage quelques minutes plus tard quand Geremi, d'un coup franc plein axe aux trente mètres, envoie le ballon dans la lucarne tunisienne (0-2, 27e).

La Tunisie s'accroche

Dos au mur, les hommes de Roger Lemerre doivent vite réagir après ce début de match raté. Ben Saada montre la voie en réduisant le score d'un coup-franc rentrant du gauche qui termine dans la lucarne de Kameni et qui redonne espoirs aux Aigles de Carthage (1-2, 35e). Le Bastiais aurait même pu égaliser juste avant la pause en suivant une frappe de Santos détournée par la barre transversale mais Kameni repousse le ballon sur sa ligne (42e). Le Cameroun cesse de jouer et la Tunisie reprend sa domination en seconde période mais manque de présence devant. La rencontre tombe dans un faux rythme et les occasions se font rares. Mais à l'approche de la fin du temps réglementaire, les joueurs de Lemerre reviennent à la charge. Suite à un corner concédé curieusement par Song, Ben Frej récupère le ballon sur la droite et centre en retrait vers Chikhaoui qui égalise d'une reprise du droit (2-2, 81e). La Tunisie arrache la prolongation.

Mais les vainqueurs du Groupe D ont beaucoup donné pour revenir et les organismes souffrent sous les trente degrés de Tamale. Longtemps improductif, le Cameroun met pourtant que trois minutes pour reprendre l'avantage. Sur une longue touche à droite déviée de la tête, M'Bia, plus vif que son adversaire dans la surface tunisienne, frappe du droit et s'offre un doublé (2-3, 93e). Malgré la fatigue, les Tunisiens donnent tout pour éviter l'élimination mais les Lions Indomptables protègent avec acharnement et malice leur but d'avance. Sans convaincre au niveau du jeu proposé, le Cameroun rejoint le Ghana en demi-finale. Jeudi, face au pays hôte de la compétition, les protégés d'Otto Pfister devront faire preuve de plus de maîtrise collective.

Quaresma77
Ministre
Ministre

Nombre de messages : 2088
Age : 22
Localisation : mourouj 26
Date d'inscription : 05/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Football Can 2008

Message par Quaresma77 le Mar 5 Fév - 14:42

Privé du Ballon d'Or africain car il n'a pas voulu se déplacer à Lomé, Didier Drogba a décidé de boycotter le vote de 2008. La Confédération Africaine de Football a préféré le remettre à Frédéric Kanouté qui, lui, s'était rendu à la cérémonie.


L'attaquant ivoirien Didier Drogba a affirmé lundi avoir été dépossédé du Ballon d'Or africain, attribué vendredi à l'avant-centre malien Frédéric Kanouté, parce qu'il ne s'était pas rendu à la cérémonie à Lomé. L'ancien Marseille a ajouté qu'il se retirait dorénavant de la course à cette prestigieuse distinction. "D'un commun accord, on a décidé avec la sélection d'atteindre un objectif qui est la victoire, a déclaré Drogba. Recevoir la Ballon d'Or aurait été une fierté pour moi. Tout le monde sait à quel point j'ai été honoré l'an dernier quand on me l'a donné. Mais, dans l'après-midi, j'ai reçu un coup de fil d'un haut responsable de la CAF (Confédération africaine de football, ndlr). Il m'a dit que si je ne venais pas à la cérémonie, les règles seraient changées: que je ne serais plus premier et que le prix serait attribué au second, Frédéric Kanouté."

"Au-delà du vote, ce sont les propos tenus qui m'ont surpris, a ajouté l'Ivoirien, finalement classé 3e derrière Kanouté et le Ghanéen Michael Essien. On travaille tous pour mettre le continent africain très haut, il y a une grosse présence médiatique au Ghana pour un tournoi très critiqué dix ans auparavant. Alors, à un moment donné, on doit tous tirer dans le même sens. Comme je ne pense pas que ce genre d'attitude honore l'Afrique, j'ai décidé de me retirer de tout vote pour les prochaines élections du Ballon d'Or."

"J'estime que cette compétition a perdu de la valeur à mes yeux, a-t-il poursuivi. Je suis un simple joueur, la décision que je prends ne dérangera pas grand monde. C'est juste pour moi. Si j'ai refusé d'aller à Lomé, c'est d'abord pour mes partenaires, car on n'organise pas un tel évènement à deux jours d'un quart de finale. Je ne m'y suis pas rendu, aussi, car le fils d'Ulrich Stilieke (l'ancien sélectionneur, remplacé par Gérard Gili, ndlr) est décédé."

Dimanche à l'issue du quart de finale de la Coupe d'Afrique des Nations 2008 remporté par la Côte d'Ivoire face à la Guinée (5-0), Drogba avait implicitement reconnu avoir été déclassé au profit de Kanouté, affirmant qu'il fallait être "assez grand, responsable et humble pour passer dessus et regarder devant soi". La CAF s'est jusqu'ici refusé à tout commentaire sur le sujet.

Quaresma77
Ministre
Ministre

Nombre de messages : 2088
Age : 22
Localisation : mourouj 26
Date d'inscription : 05/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Football Can 2008

Message par Quaresma77 le Mar 5 Fév - 14:53

JOSE MOURINHO, l'Angola est-il l'invité surprise de ces quarts de finale ?

J.M. : L'Angola joue un grand rôle dans cette compétition. Ils ont réussi une bonne Coupe du monde et une très bonne campagne de qualification. C'est une équipe qui joue avec le coeur, qui donne tout. A la CAN, il y a dans toutes les équipes des joueurs qui évoluent dans les meilleurs championnats et les meilleurs clubs du monde. Curieusement, il n'y a pas ce genre de joueurs dans l'équipe d'Angola. Beaucoup d'entre eux évoluent dans leur pays. Les autres jouent dans d'autres championnats africains : Falvio en Egypte, un ou deux en Afrique du Sud, etc. Ceux qui jouent au Portugal ne sont pas dans les meilleurs clubs. Il y en a un qui joue à Fatima en seconde division, un ou deux à Boavista je crois... Donc sans stars, ils ont dû trouver une équipe. Et ils possèdent un bon entraîneur qui sait travailler sur la motivation et la confiance. Cette équipe me paraît très, très bonne.

Qu'avez-vous pensé de l'éclosion de Manucho, l'attaquant angolais ?

J.M. : Je ne le connaissais pas et j'avoue que j'ai été assez surpris Mais si vous demandez si je pense qu'il s'imposera un jour à Manchester United... je ne sais pas. J'ai des doutes. Je ne sais pas si son évolution sera telle qu'il pourra atteindre le niveau pour jouer dans l'une des plus grandes équipes du monde. Mais il est sûr qu'il possède beaucoup de talent. Il vient d'être prêté au Panathinaikos, un bon club avec un bon entraîneur (José Peseiro, ndlr) qui, je crois, peut l'aider à progresser. Mais il a du talent et l'Angola a besoin de lui. Même si leur équipe est bien organisée, ils ont besoin de grands joueurs. Aujourd'hui, ils ne les ont pas mais ces garçons peuvent le devenir dans les prochaines années et évoluer dans de grands clubs. Ils apporteront alors leur expérience à l'équipe nationale.

Ils seront toutefois opposés à l'Egypte, tenante du titre...

J.M. : L'Egypte est une très bonne équipe. Ils sont les champions en titre. Les gens vont dire qu'ils ont été champions il y a deux ans car ils jouaient à domicile. C'est sûr que cela aide mais ils le doivent aussi à la qualité de leur équipe. Ils possèdent des joueurs de qualité qui prouvent que le football égyptien a un bon niveau puisqu'ils évoluent pratiquement tous en Egypte. Je suis assez surpris que Shawki (Mohammed), qui évolue à Middlesborough, ne réussisse pas en Angleterre mais c'est peut-être une question de temps. Zidan et Abou Treika sont aussi d'excellents joueurs. Et il ne faut pas oublier que des joueurs comme Gally et Mido, qui jouent à un haut niveau en Premier League, sont absents. S'ils ne sont pas là, c'est sans doute qu'ils n'ont pas besoin d'eux car ils possèdent suffisamment de bons joueurs.

A votre avis, quel sera l'issue de ce quart de finale ?

J.M. : Je pense que tout le monde me comprendra en Egypte : j'aimerais que l'Angola se qualifie. J'aime l'Angola pour des raisons que tout le monde connait : le Portugal et l'Angola sont très proches et ma femme est d'origine angolaise. Mais je sais que ce sera un match contre une équipe qui est meilleure. Une bonne équipe, l'Egypte, contre une équipe pleine de coeur, l'Angola.

Dans l'autre quart de finale, la Tunisie n'aura pas non plus la tâche facile contre le Cameroun...

J.M. : La Tunisie possède un joueur que j'apprécie beaucoup : Yassine Chikhaoui qui joue au FC Zurich. Il était sur le banc lors du dernier match mais il a un gros potentiel. Il y a aussi un Jaïdi toujours aussi important en défense. Il n'est plus si jeune, plus si agile mais il a toujours une grosse présence, notamment dans les duels aériens. Et l'équipe est bien organisée. Ils jouent très bien, les positions sont respectées. Je pense que c'est une équipe qui joue en réfléchissant, ils pensent le jeu. Ce sera très intéressant de voir comment ils se comporteront face au Cameroun. Sur le plan de l'organisation, de la tactique, du plan du jeu, je crois que la Tunisie est meilleure mais le Cameroun possède deux ou trois joueurs capables de faire la différence, en particulier Samuel Eto'o.

On parle beaucoup de Samuel Eto'o. Selon vous, a-t-il un rôle d'entraîneur adjoint, si ce n'est plus, au sein des Lions Indomptable ?

J.M. : C'est un pouvoir qu'il mérite et que méritent tous les grands joueurs. Ça ne veut pas dire qu'ils sont plus importants que l'entraîneur ou qu'ils remplacent l'entraîneur. Pour moi, c'est positif. C'est le pouvoir de motiver ses coéquipiers, rendre plus fort les gens autour de soi ou leur apprendre les aspects du jeu qu'ils ont appris dans les grands clubs européens au côté de leurs entraîneurs. Concernant Samuel Eto'o, je ne le connais pas personnellement mais, d'après ce que j'ai vu en analysant son jeu en Europe, c'est un garçon qui a beaucoup d'ambition. Il aime gagner, il aime marquer et il s'est fixé des objectifs à atteindre. Il est venu à la CAN pour aider son pays à l'emporter mais je pense également qu'il avait en tête le record de buts qu'il a battu lors de son dernier match. C'est le cas aussi pour Drogba avec la Côte d'Ivoire. Essien et Muntari ont également ce rôle pour le Ghana. Chaque équipe possède deux ou trois joueurs qui possèdent une grande expérience et qui ont beaucoup à apporter.

Quaresma77
Ministre
Ministre

Nombre de messages : 2088
Age : 22
Localisation : mourouj 26
Date d'inscription : 05/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Football Can 2008

Message par Aziz le Mer 6 Fév - 10:03

salut,Merci pour tes information sur la can;on espére que tu continuras a nous informer plus

Aziz
Citoyen
Citoyen

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 05/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Football Can 2008

Message par wAss|MoDO ™ le Mer 6 Fév - 16:54

Salut aziz et gaston je vous connais tout les deux et j'éspere que vous me connaisserez aussi lol. je suis wassim de 8b8. visitez si vous voulez mon forum a propos des relation entre eleve . bye.

wAss|MoDO ™
Ministre
Ministre

Nombre de messages : 2346
Age : 22
Localisation : Mourouj3
Date d'inscription : 06/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.x-wassimodo-x.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Football Can 2008

Message par Quaresma77 le Jeu 7 Fév - 12:21

Le Ghana et la Côte d'Ivoire sont favoris de leurs demi-finales respectives de Coupe d'Afrique (CAN-2008) contre le Cameroun et l'Egypte, jeudi, pour une finale qui serait une revanche de celle de 1992 (0-0, 11 t.a.b. à 10 pour les Ivoiriens), mais Lions Indomptables et Pharaons ont un plan.

Le Ghana, pays organisateur, sublimé par la paire Michael Essien-Sulley Muntari, à la fois récupérateurs, créateurs et puncheurs, garde les faveurs des pronostics contre le Cameroun, qui a laissé voir quelques faiblesses depuis le début du tournoi, notamment en défense.

Les Black Stars comptent en outre sur le soutien fanatique de leur public. Mais les Lions Indomptables restent des fauves de compétition. Les voilà d'ailleurs encore dans le dernier carré sans avoir jamais été éclatants, sauf contre une Zambie (5-1) qui avait cru que le Lion était mort ce soir-là.

Ils comptent eux sur le meilleur buteur du tournoi(5 buts) et de toute l'histoire du tournoi (16 buts), Samuel Eto'o, dans un match qui est aussi un affrontement entre deux coaches qui sillonnent l'Afrique depuis plus de 20 ans, Claude Le Roy pour le Ghana, et Otto Pfister pour le Cameroun (l'un et l'autre ont entraîné leur adversaire de jeudi!).

La Côte d'Ivoire, épouvantail de la compétition, est également donnée favorite contre le tenant du titre égyptien, qui l'avait d'ailleurs battue en finale.

Mais les Eléphants parlent de victoire finale depuis le début et non de revanche contre leurs bourreaux de la finale 2006 (0-0, 4-2 aux t.a.b.). Avec le plus bel effectif du lot, fort de vedettes internationales comme Didier Drogba, Kolo et Yaya Touré ou Salomon Kalou, la Côte d'Ivoire fait trembler toute l'Afrique.

Mais attention, l'Egypte est peut-être l'équipe la plus capable de gêner les Eléphants. Les Pharaons ont le meilleur jeu collectif de la CAN, soit la qualité requise pour contrer les redoutables individualités ivoiriennes.

Et si les deux outsiders bousculent la hiérarchie dessinée par les 20 premiers jours de compétitions, une finale Cameroun-Egypte serait aussi historique.

Quaresma77
Ministre
Ministre

Nombre de messages : 2088
Age : 22
Localisation : mourouj 26
Date d'inscription : 05/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Football Can 2008

Message par Quaresma77 le Ven 8 Fév - 15:22

Abattu après l'élimination du Ghana, pays organisateur, Claude Le Roy regrette surtout de ne pas avoir pu lutter à armes égales. Outre les blessures et le manque de fraîcheur, le sélectionneur des Black Stars s'interroge sur l'arbitrage face au Cameroun.

CLAUDE LE ROY, quel est votre sentiment après cette défaite face au Cameroun (1-0) ?

C.L. : C'est un moment très difficile. C'est la vie du foot. On a connu des grands moments de joie, de formidables moments de bonheur dans cette compétition et là, on ressent beaucoup de tristesse. Beaucoup de tristesse parce que je n'ai pas le sentiment qu'on ait perdu logiquement. Premièrement, on ne mérite pas de perdre sur le match. Mais, surtout, on n'a pas perdu avec nos armes.

C'est-à-dire ?

C.L. : On a dû jouer sans John Mensah. Mercredi, Asamoah Gyan nous a dit qu'il ne pouvait pas jouer parce qu'il avait une trop grosse douleur à l'insertion pubienne. Dix minutes avant le début du match, Kingston me dit qu'il a dû se faire faire une injection et que finalement il avait une mauvaise réaction et donc une douleur terrible... On a eu une cascade de forfaits et de pépins qui font qu'on n'a pas pu mettre en place l'équipe dont moi je rêvais. Et les Camerounais marquent pratiquement sur leur seule occasion du match. C'est le foot. Bravo à eux mais moi je suis très triste. Mais j'assume cette défaite. J'ai toujours dit que la victoire était pour les joueurs... Je suis très triste.

Qu'a-t-il manqué au Ghana ?

C.L. : Il nous a manqué de l'efficacité. Et, quand on a autant de pépins, c'est difficile de trouver un équilibre. Mais, dans une équipe de foot, ça se joue à très peu de choses. Pour essayer d'avoir une bonne qualité technique à partir de derrière, j'ai mis en défense Michael (Essien) qui a été superbe. Mais, comme le disait Mourinho, quand il est derrière, il manque au milieu. C'est parce qu'il est Michael Essien et qu'il n'y a pas beaucoup de joueurs de cette qualité dans le monde. Comme on dominait et que l'on attaquait, il nous a peut-être manqué également un peu de fraîcheur dans des moments importants. Junior (Agogo) évolue en troisième division et il enchaînait son 5e match en 18 jours. Même s'il a été très bon, il a sans doute manqué d'un tout petit peu de fraîcheur sur certaines actions pour transformer en but certaines de ses occasions.

Avez-vous un regret ?

C.L. : D'après des images que l'on m'a montrées, confirmant les impressions que j'avais pendant le match, il y avait vraiment un beau penalty en notre faveur. Mais on ne pourra pas dire que, depuis le début, les arbitres aient été ghanéens... Au moins, de ce côté là, on la conscience tranquille.

On parle beaucoup du pouvoir d'Issa Hayatou et de la pression du Cameroun sur la CAN...

C.L. : Je ne sais pas. On a eu parfois l'impression que beaucoup de choses se retournaient contre nous pendant cette demi-finale. A chaque fois qu'il y avait un choix à faire, c'était toujours un choix qui ne nous était pas favorable. Mais ce serait un argument trop facile de ne se servir que de ça. Ça n'est pas suffisant. Ça n'est pas élégant. On a perdu parce qu'ils ont été efficaces une fois. Nous, on aurait mérité de gagner mais on n'a pas été efficaces.

Quaresma77
Ministre
Ministre

Nombre de messages : 2088
Age : 22
Localisation : mourouj 26
Date d'inscription : 05/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Football Can 2008

Message par Quaresma77 le Ven 8 Fév - 15:23

Deux ans après sa finale perdue en 2006, la Côte d'Ivoire s'est à nouveau inclinée en demi-finale face à l'Egypte (4-1). Les Eléphants disputeront samedi la petite finale contre le Ghana tandis que les Pharaons, tenants du titre, tenteront de conserver leur trophée face au Cameroun, dimanche.

CÔTE D'IVOIRE - EGYPTE : 1-4


Buts : Fathi (12e), Zaki (62e et 66e), Aboutrika (90e) pour l'Egypte. Keita (63e) pour la Côte d'Ivoire.


Ils s'étaient pourtant juré d'aller au bout. Auteurs d'un parcours en tout point remarquable jusque là, les Ivoiriens sont tombés de haut, jeudi à Kumasi, face à la forteresse érigée par les Pharaons. Pris à la gorge dès le premier quart d'heure car contraints de courir après le score, les joueurs de Gérard Gili n'ont jamais su trouver la bonne solution face au problème posé par des Egyptiens appliqués et disciplinés. Il faut dire que les hommes d'Hassan Shehata connaissaient la recette. Tombeurs des mêmes Ivoiriens il y a deux ans à l'ultime stade de la compétition, ils ont cette fois encore fait preuve d'une force collective déconcertante.

Dès les premières de jeu toutefois, la défense ivoirienne montra des signes de fébrilité inquiétante. Seul au deuxième poteau, Fathi en profita notamment pour lancer les siens (12e ; 1-0) avant que son gardien, Essam Al Hadari ne lui vole la vedette. Le portier égyptien, dans une forme éblouissante à pourtant 36 ans, a littéralement éc&oeliguré ses adversaires. Didier Drogba, bien placé pour le savoir, s'est en effet heurté à trois reprises sur cette muraille quasiment infranchissable (29e, 45e, 48e). La Côte d'Ivoire pousse mais c'est bien l'Egypte qui va doubler la mise grâce à Amr Zaki (62e ; 2-0), la réduction du score de Kader Keita (63e ; 2-1), aussi belle soit-elle, ne sera alors qu'un feu de paille.

Car Amr Zaki encore lui, va ensuite donner un peu d'ampleur à une défaite qui semblait visiblement inéluctable (66e ; 3-1). Beaucoup trop portés vers l'avant, abandonnant définitivement tout repli défensif, les Ivoiriens seront même punis dans les arrêts de jeu par Aboutrika (90e ; 4-1). Il n'en fallait pas plus pour que les tenants du titre remettent les choses en ordre. Tandis que les observateurs attendaient tous un duel entre le Ghana et la Côte d'Ivoire en finale, celle-ci opposera bien dimanche l'Egypte au Cameroun, pour le plus grand regret d'Eléphants sans défense. A trop vouloir se persuader qu'il faut gagner, on finit parfois par perdre. Proverbe à méditer...

LA DECLA : Gérard Gili (sélectionneur de la Côte d'Ivoire)

"La sortie de mon gardien (Barry sur blessure) n'est pas la raison pour laquelle nous avons perdu. Cela m'a seulement empêché d'effectuer un autre changement. On a simplement connu un jour sans. Ce n'était pas notre jour. On ne s'attendait pas à perdre par une si grande marge mais les Egyptiens ont très bien joué."

Quaresma77
Ministre
Ministre

Nombre de messages : 2088
Age : 22
Localisation : mourouj 26
Date d'inscription : 05/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Football Can 2008

Message par Quaresma77 le Ven 8 Fév - 15:24

Bousculé, le Cameroun a battu le Ghana (1-0), pays organisateur, pour se hisser en finale de la CAN. Malgré toute leur volonté et le soutien du public d'Accra, les Ghanéens sont éliminés de leur compétition. Les Camerounais retrouveront les Ivoiriens ou les Egyptiens en finale.
GHANA - CAMEROUN : 0-1


But : Nkong (71e)

Un seul but aura suffi à mettre fin au rêve ghanéen d'un sacre à domicile dans cette CAN 2008. Dominés par des Black Stars très motivés, les Camerounais ont longuement attendu le contre fatal pendant la demi-finale et ont trouvé la faille à la 71e minute grâce à Nkong. Les Lions Indomptables ont su tenir en défense pour s'imposer 1-0 et se retrouveront en finale de la compétition dimanche face à la Côte d'Ivoire ou à l'Egypte. Les espoirs ghanéens s'envolent et le match pour la troisième place ne consolera personne.

Les premiers éléments apparaissent vite défavorables au Ghana. En raison de la suspension de Mensah, Essien doit prendre place en défense centrale. Les soucis de Claude Le Roy se poursuivent avec la blessure de L. Kingston pendant l'échauffement. Mais cela profite au Marseillais Ayew qui devient titulaire. Poussés par le public en délire d'Accra, les Blackstars poussent fort d'entrée mais sont refroidis par un choc entre Eto'o et leur portier R. Kingson (10e). Le gardien tarde à se remettre d'une douleur à l'épaule. En face, le très prudent Cameroun obtient la première occasion de la rencontre après une mauvaise appréciation d'Essien qui bénéficie à Emana, la frappe de 20 mètres du Toulousain passe de peu au-dessus (21e).

Le Ghana domine les débats en récupérant de nombreux ballons au milieu de terrain mais ses offensives manquent de construction. Parti sur la gauche, Ayew rentre dans l'axe et prend sa chance à l'entrée de la surface camerounaise mais Kameni capte parfaitement la tentative (28e). De son côté, le Cameroun se limite à contenir les offensives adverses mais sait saisir ses rares chances. Sur un coup franc flottant à 30 mètres dans l'axe, Geremi, déjà buteur dans un exercice similaire en quart de finale, expédie le ballon sur la transversale du peu rassurant Kingson (38e).

Nkang, héros ou bourreau

A la reprise, les Lions Indomptables tentent de poser davantage leur jeu lorsqu'ils récupèrent le ballon mais la pression ghanéenne se fait de plus en plus forte. L'intensité de la rencontre monte encore d'un cran. Les joueurs de Claude Le Roy ne ménagent pas leurs efforts et se projettent très vite vers la surface adverse mais ils manquent ensuite de présence et de précision dans leurs frappes à l'image d'Annan qui loupe le cadre de peu (61e). Le score tarde à évoluer.

Le Roy effectue donc son premier changement, Pfister réagit immédiatement et lance Nkong après avoir déjà fait entrer Epalle au retour des vestiaires. La défense camerounaise se trouve au bord de la rupture mais, au plus fort de la domination ghanéenne, les Lions Indomptables claquent un contre parfaitement mené. Au milieu de terrain, Nkong s'appuie sur Eto'o qui le lance dans l'axe, le remplaçant s'en va vers la gauche de la surface adverse et trompe Kingson du plat du pied droit (0-1, 71e).

Les Black Stars se sont trop découverts et paient leur mauvais replacement. Dos au mur, ils reviennent à la charge mais Agogo se révèle peu efficace en plaçant une tête sur un coup franc excentré à gauche (81e). Comme depuis le coup d'envoi les défenseurs camerounais protègent leur but avec férocité et prennent le dessus face à des attaquants souvent esseulés. Après l'expulsion de Bikey à la dernière minute du temps réglementaire pour avoir bêtement et inutilement bousculé un soigneur, le Ghana ne profite pas de sa supériorité numérique. Le Cameroun réalise l'exploit d'éliminer le pays hôte de la compétition et tentera dimanche de remporter sa cinquième CAN.

LA DECLA : Claude Le Roy (sélectionneur du Ghana)

"C'est une grosse, grosse désillusion. J'ai parfois ressenti de la tristesse au cours de ma carrière, mais jamais comme aujourd'hui. Nous étions tout près de disputer la finale et de la gagner. A présent, nous devons nous contenter d'un match pour la troisième place. Je suis désolé pour tous nos supporteurs. (A propos de la préparation d'avant-match) Ce match a été très difficile à préparer, avec John Mensah suspendu, puis, hier, Asamoah Gyan qui annonce qu'il ne pourra pas tenir sa place. Enfin, à un quart d'heure du coup d'envoi, Laryea Kingston qui se blesse. Tout ça fait beaucoup en très peu de temps."

Quaresma77
Ministre
Ministre

Nombre de messages : 2088
Age : 22
Localisation : mourouj 26
Date d'inscription : 05/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Football Can 2008

Message par Quaresma77 le Ven 8 Fév - 20:52

UNE INCAPACITE A REAGIR

Pour la première fois de la compétition, la Côte d'Ivoire fut menée au score, très rapidement dans la partie (dès la 12e minute). Dès lors, les Eléphants se devaient de réagir et de puiser dans leurs ressources mentales pour recoller à la marque. Peine perdue, les coéquipiers de Didier Drogba n'ont jamais repris l'initiative du jeu. Le collectif s'est liquéfié sous le poids de la pression. Jamais mis en difficulté depuis le début de la CAN, les hommes de Gérard Gili ont rompu sous le poids de l'adversité qui a mis en lumière certaines lacunes mentales des Ivoiriens. Ceux qui, jusqu'ici, avaient étouffé leurs adversaires, n'ont pas trouvé les armes pour réagir. Le score (4-1) vient sanctionner cet état de fait.

UN COLLECTIF EN QUESTION

La constellation de stars n'a pas suffi. Le collectif ivoirien a souffert de la comparaison avec celui des Pharaons. Là où l'Egypte proposait un rapide jeu de passes et une véritable cohésion d'ensemble, sans doute la plus belle partition collective de la compétition, les Eléphants répondaient par des initiatives individuelles, le plus souvent vouées à l'échec. Un casting parfait ne fait pas forcément une équipe rationnelle. Cruel constat d'échec pour la Côte d'Ivoire et son sélectionneur : dans l'adversité, ils n'ont pas su répondre collectivement. Les Ivoiriens n'ont pu compter sur leur atout numéro 1, un Didier Drogba en manque de réussite. Seul Kader Keita fut à la hauteur de sa réputation. Un collectif en déliquescence, des individualités en difficulté, les Ivoiriens ne pouvaient pas espérer grand chose.

L'EGYPTE, LA BÊTE NOIRE

Le poids de l'histoire est cruel pour les Eléphants, qui s'inclinent pour la septième fois contre l'Egypte en dix rencontres à la CAN. A leur actif: une seule victoire. Comme deux ans plus tôt en finale, les Eléphants partaient favoris. Comme deux ans plus tôt, ils ont subi la loi des Pharaons. Une équipe d'Egypte, sans doute sous-estimée, qui présente le plus beau palmarès du continent africain avec cinq CAN à son actif. Les hommes de Shetata, seule formation invaincue depuis le début du tournoi, démontrent que leur titre décroché en 2006 est loin d'être usurpé, même s'il fut décroché sur leurs terres.

GARDIEN DE BUT, LE MAILLON FAIBLE

Les deux meilleurs gardiens de la compétition se retrouveront en finale : Idriss Kameni, côté camerounais Issam El-Hadary côté égyptien. Pas une simple coïncidence. Le portier des Pharaons a remporté ses trois duels avec Didier Drogba. A 36 ans, il apparaît comme un rempart qui rassure tout un collectif. On ne peut pas en dire autant des gardiens ivoiriens. Au milieu des vedettes de Chelsea, Tottenham, Arsenal, Barcelone ou Lyon, Boubacar Barry, gardien de Lokeren, et Loboue, gardien remplaçant de deuxième division allemande. Un point faible indéniable. Loboue est ainsi clairement fautif sur le deuxième but égyptien. Toute grande équipe se repose sur un gardien talentueux. La Côte d'Ivoire devra encore patienter.

Quaresma77
Ministre
Ministre

Nombre de messages : 2088
Age : 22
Localisation : mourouj 26
Date d'inscription : 05/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Football Can 2008

Message par Quaresma77 le Sam 9 Fév - 14:07

Surmonter la déception pour se consoler avec le bronze. Le Ghana et la Côte d'Ivoire rêvaient de se retrouver en finale. Sortis par le Cameroun (1-0) et l'Egypte (4-1), les sélections de Michaël Essien et de Didier Drogba, coéquipiers à Chelsea, se retrouveront samedi à Kumasi (18h00) pour le match pour la troisième place. Un crêve-coeur. « Je préfère terminer troisième que quatrième », veut remobiliser Claude Le Roy, dont les Black Stars ont perdu jeudi soir l'occasion de remporter un cinquième trophée devant leur public. Gérard Gili, le cornac des Eléphants, risque d'avoir les mêmes difficultés à motiver les grands favoris du tournoi. Les Ivoiriens ne seront pas forcément emballés à l'idée de se battre pour une cinquième médaille en chocolat après déjà quatre places de troisième (1965, 1968, 1986 et 1994). Pour finir sur une bonne note, les deux entraîneurs pourraient offrir aux remplaçants et à ceux qui ont peu joué de se montrer.


L'attaquant camerounais Samuel Eto'o ne porte pas dans son coeur les medias étrangers et notamment français depuis la raclée reçue lors du premier match devant l'Egypte (1-4). Il considère que les Lions indomptables ne méritaient pas d'être traités de «vieillards». A la réception d'après- match qui s'est déroulée à l'hôtel, il a exigé et obtenu le départ des journalistes. De son côté, le ministre Augustin Edjoa a annoncé que le gouvernement avait débloqué un budget de 50 millions de francs cfa pour la cérémonie qui aura lieu à Yaoundé. Bien sûr, en cas de victoire dimanche contre l'Egypte. (Abl)


Le premier arbitre béninois, sélectionné pour une Coupe du Monde (2006) , Bonaventure Codjia a été retenu par la commission d'arbitrage de la CAF pour diriger la finale Cameroun- Egypte. Il sera secondé par Celestin Ntangugira (Rwanda) et Molefe Enoch (Afrique du Sud). Lors de la Coupe du Monde, l'allemand Franz Beckenbauer avait jugé sévèrement l'arbitrage du béninois (Costa Rica-Equateur) mais il a été rappelé à l'ordre par la FIFA. Les arbitres arabes dont l'algérien Mohamed Benouza ont été écartés du fait de la présence de l'Egypte et des « réticences » du Cameroun. (Abl)

Quaresma77
Ministre
Ministre

Nombre de messages : 2088
Age : 22
Localisation : mourouj 26
Date d'inscription : 05/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Football Can 2008

Message par Quaresma77 le Sam 9 Fév - 14:08

Les supporters égyptiens et le directeur des sports Hassan Chakr ont demandé au ministre des sports, de renouveler le contrat du sélectionneur Hassan Shehata et de ses adjoints, à la suite de la qualification en finale des Pharaons. Passionné du 421 (jeu de dés), le coach égyptien (ancien milieu de terrain de Zamalek) ne dort jamais la veille d'un match et comme il possède un pigeonnier, ses joueurs lui ont promis quel que soit le résultat de la finale contre le Cameroun de lui offrir 4 couples de pigeons. Le nombre de buts inscrits aux Eléphants et aux Lions indomptables durant cette CAN. (Abl)


Des partisans du président de la CAF, Issa Hayatou et des supporters camerounais n'ont pas été tendres avec l'attaquant ivoirien Didier Drogba à la suite de l'écrasante défaite des Eléphants contre l'Egypte (1-4). Ils lui ont envoyé à l'hôtel une Coupe en carton pour compenser le ballon d'or et le trophée qu'il n'a pas obtenus. Selon eux, il aurait déclaré à des journalistes ivoiriens qu'il remporterait la coupe devant le Ghana et qu'il narguerait dans la tribune officielle, le président de la CAF. Un pari perdu. (Abl)


Accra s'est réveillé vendredi dans la tristesse à la suite de l'élimination du Ghana par le Cameroun (0-1) en demi-finales. Les transports publics et privés (Taxis, bus, entreprises.) ont enlevé les petits drapeaux qui ornaient leurs véhicules et, les banderoles à la gloire des Black Stars ont disparu des grands artères. De leur côté, les milliers de supporters ont rangé leurs maillots «Or et rouge» pour des tee-shirts ordinaires. Mais le plus triste est certainement, le sélectionneur Claude Le Roy qui souhaitait fêter ses 60 ans par une qualification en finale. Il a été trahi par les nombreuses absences pour blessures de ses joueurs. (Abl)


L'ex-président de la fédération camerounaise de football, le docteur Nji Njikam (1988-2001) et vieux Lion indomptable n'a pas apprécié le geste du jeune milieu de terrain Bikey Amougou qui a été expulsé durant le temps additionnel lors de la demi-finale contre le Ghana (1-0). Mais il le lui a pardonné parce qu'il a estimé que «c'est encore un lionceau avec un esprit de quartier. Quand il deviendra Lion, il fera moins de bêtises». Le jeune Bikey qui a bousculé un soigneur ghanéen, a contraint l'arbitre Abderrahim El Mardjoune, dont c'était la dernière sortie internationale, de sortir le carton rouge. (Abl)


Le candidat à l'élection présidentielle de 2009, l'ivoirien Jacques Anouma a perdu une manche contre le président Issa Hayatou à la suite de la défaite des Eléphants face aux Pharaons (1-4) en demi-finales de la CAN. Il comptait beaucoup sur le sacre des coéquipiers de Didier Drogba pour asseoir son autorité au sein de la toute puissante UFOA qui comprend 16 pays. Maintenant, il doit faire face à une campagne de dénigrement des partisans de Issa Hayatou qui lui reprochent son voyage à Zurich (avant les demi-finales de la CAN) pour assister à une «réunion ordinaire» d'une commission de la FIFA, en tant que membre du CE. (Abl)

Quaresma77
Ministre
Ministre

Nombre de messages : 2088
Age : 22
Localisation : mourouj 26
Date d'inscription : 05/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Football Can 2008

Message par Quaresma77 le Sam 9 Fév - 15:37

Le Ghana et la Côte d'Ivoire rêvaient de se retrouver en finale, Essien et Drogba, coéquipiers à Chelsea, se l'étaient promis, mais ils devront se contenter de la finale des battus, samedi à Kumasi.

"Je préfère terminer troisième que quatrième" , assure Claude Le Roy, qui doit remobiliser ses Black Stars après les scènes de détresse de jeudi soir et la défaite contre le Cameroun (0-1) pour viser le bronze. Mais il sait bien que les joueurs n'y voient guère qu'une médaille en chocolat, même pas le bon, celui qui barbouille les lèvres, les joues et jusqu'au menton des enfants gourmands et allume le plaisir et la gourmandise dans leurs yeux. Les yeux des Ghanéens étaient dévastés par le chagrin, leurs corps pliés en deux par l'indigestion de douleur causée par la perte d'une occasion extraordinaire de remporter un cinquième trophée continental devant leur public. Et ceux des Ivoiriens, grands favoris du tournoi, exprimaient le même chagrin.

Bien sûr, ce match est l'occasion pour les remplaçants et ceux qui ont peu joué de se montrer, et il peut également permettre à Kumasi, la deuxième ville du pays, de voir enfin des Black Stars qui n'ont pas quitté Accra depuis le début de la CAN. Mais les deux équipes avaient tellement annoncé qu'elles visaient la victoire finale que Claude Le Roy et Gérard Gili, le cornac des Eléphants, risquent d'avoir du mal à motiver leurs hommes pour cette consolante. Les Eléphants, qui ont déjà quatre fois eu le bronze autour du cou (1965, 1968, 1986 et 1994) et qui ne parlaient que de la victoire finale depuis un mois, seront peut-être encore moins motivés

Quaresma77
Ministre
Ministre

Nombre de messages : 2088
Age : 22
Localisation : mourouj 26
Date d'inscription : 05/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Football Can 2008

Message par Quaresma77 le Sam 9 Fév - 15:37

UNE INCAPACITE A REAGIR

Pour la première fois de la compétition, la Côte d'Ivoire fut menée au score, très rapidement dans la partie (dès la 12e minute). Dès lors, les Eléphants se devaient de réagir et de puiser dans leurs ressources mentales pour recoller à la marque. Peine perdue, les coéquipiers de Didier Drogba n'ont jamais repris l'initiative du jeu. Le collectif s'est liquéfié sous le poids de la pression. Jamais mis en difficulté depuis le début de la CAN, les hommes de Gérard Gili ont rompu sous le poids de l'adversité qui a mis en lumière certaines lacunes mentales des Ivoiriens. Ceux qui, jusqu'ici, avaient étouffé leurs adversaires, n'ont pas trouvé les armes pour réagir. Le score (4-1) vient sanctionner cet état de fait.

UN COLLECTIF EN QUESTION

La constellation de stars n'a pas suffi. Le collectif ivoirien a souffert de la comparaison avec celui des Pharaons. Là où l'Egypte proposait un rapide jeu de passes et une véritable cohésion d'ensemble, sans doute la plus belle partition collective de la compétition, les Eléphants répondaient par des initiatives individuelles, le plus souvent vouées à l'échec. Un casting parfait ne fait pas forcément une équipe rationnelle. Cruel constat d'échec pour la Côte d'Ivoire et son sélectionneur : dans l'adversité, ils n'ont pas su répondre collectivement. Les Ivoiriens n'ont pu compter sur leur atout numéro 1, un Didier Drogba en manque de réussite. Seul Kader Keita fut à la hauteur de sa réputation. Un collectif en déliquescence, des individualités en difficulté, les Ivoiriens ne pouvaient pas espérer grand chose.

L'EGYPTE, LA BÊTE NOIRE

Le poids de l'histoire est cruel pour les Eléphants, qui s'inclinent pour la septième fois contre l'Egypte en dix rencontres à la CAN. A leur actif: une seule victoire. Comme deux ans plus tôt en finale, les Eléphants partaient favoris. Comme deux ans plus tôt, ils ont subi la loi des Pharaons. Une équipe d'Egypte, sans doute sous-estimée, qui présente le plus beau palmarès du continent africain avec cinq CAN à son actif. Les hommes de Shetata, seule formation invaincue depuis le début du tournoi, démontrent que leur titre décroché en 2006 est loin d'être usurpé, même s'il fut décroché sur leurs terres.

GARDIEN DE BUT, LE MAILLON FAIBLE

Les deux meilleurs gardiens de la compétition se retrouveront en finale : Idriss Kameni, côté camerounais Issam El-Hadary côté égyptien. Pas une simple coïncidence. Le portier des Pharaons a remporté ses trois duels avec Didier Drogba. A 36 ans, il apparaît comme un rempart qui rassure tout un collectif. On ne peut pas en dire autant des gardiens ivoiriens. Au milieu des vedettes de Chelsea, Tottenham, Arsenal, Barcelone ou Lyon, Boubacar Barry, gardien de Lokeren, et Loboue, gardien remplaçant de deuxième division allemande. Un point faible indéniable. Loboue est ainsi clairement fautif sur le deuxième but égyptien. Toute grande équipe se repose sur un gardien talentueux. La Côte d'Ivoire devra encore patienter.

Quaresma77
Ministre
Ministre

Nombre de messages : 2088
Age : 22
Localisation : mourouj 26
Date d'inscription : 05/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Football Can 2008

Message par Quaresma77 le Lun 11 Fév - 15:10

EGYPTE - CAMEROUN : 1-0


But : Abou Trika (76e)

Le travail paie toujours. Et le mérite est souvent récompensé. Cela tombe bien finalement pour l'Egypte. La sélection dirigée par Hassan Shehata a tout simplement su marier ces deux valeurs pour les rendre parties intégrantes de son football. Le tout dans une certaine discrétion, impératif sine qua none pour ne pas s'éteindre en cours de compétition, comme bon nombre de favoris de la CAN. Le Cameroun avait déjà pu mesurer tout le sérieux de la formation égyptienne lors des phases de poules. Cette fois, les Lions Indomptables ont eu droit à une confirmation sèche et douloureuse. Mais toujours avec cette "Egypte touch" dans le résultat : avec maîtrise donc.

Il en a fallu, c'est certain, aux Pharaons pour venir à bout de Camerounais revanchards et motivés à l'idée de pouvoir régner à nouveau sur le continent africain. Les hommes d'Otto Pfister ne passent pas à côté de leur entame de match. Ils ne marchent pas : ils gambadent allégrement sur la pelouse du stade Ohene-Djan. Mieux et contrairement au scénario de leur première confrontation, ces derniers ne se montrent pas empruntés lorsqu'il s'agit de porter le danger en terre adverse. Du moins durant un temps. Car l'Egypte, fidèle à elle-même et à son organisation tactique, sait se montrer patiente. Rigoureuse. Efficace.

L'Egypte a pris son temps

Si les Lions montrent un peu les dents aux abords du but d'El Hadari, il manque ce petit coup de griffe bien placé pour déstabiliser le bloc adverse. On attendait un duel mano-à-mano entre Eto'o et le portier égyptien... ce dernier n'a finalement pas eu lieu. Ou du moins pas tel que l'on pouvait l'espérer. L'avant-centre du FC Barcelone, comme le reste de son équipe d'ailleurs, bute régulièrement sur une muraille particulièrement bien regroupée et doit forcer le destin individuellement (34e). En guise de compensation, le public local assiste en revanche à un récital de Kameni, particulièrement remuant sur sa ligne de but. Le dernier rempart des Lions ne chôme pas, notamment devant l'audace d'Hosny (55e). Si son poteau lui évite une mésaventure fort désagréable (62e), Kameni ne doit rien à personne, hormis à lui-même, un face-à-face décisif gagné aux dépens de Moteab (36e).

Hélas, ce one-man show n'a pas d'effet sur le reste du groupe camerounais. Les Lions, qui avaient facilement pallié la sortie prématurée d'Alexandre Song en première période dans l'entrejeu, semblent avoir laissé leur grinta aux vestiaires lors du second acte. Moins vifs, moins inspirés, marqués physiquement aussi, les partenaires d'Eto'o marchent à nouveau sur la pelouse. Et plient lentement mais sûrement face au travail de sape adverse. Rigobert Song, impérial jusque-là, cède, victime du pressing de Zidan. La suite n'est que littérature. L'ancien joueur du Werder Brême trouve Abou Trika en retrait qui ne se fait pas prier pour libérer les siens (76e, 1-0).

Piqué au vif, le Cameroun tente de réagir. A sa vitesse, à sa manière. Parfois maladroitement, à; l'image d'un solo manqué de M'Bia dans la surface (90e+2)... ou d'une frappe trop molle de Binya (86e). Parfois avec malchance, l'arbitre de la rencontre ne sifflant pas une main évidente de Mohamed dans la surface (82e) et Song ne parvenant pas à corriger son erreur de la tête dans le money-time (90e+4). Si la défaite est difficile à digérer pour les Lions, elle est pourtant logique. Implacable. Tenus en cage par des Pharaons patients et usants, les Indomptables ont failli. L'Afrique ne change pas de roi. Et l'Egypte la remercie.

LA DECLA : Rigobert Song (capitaine du Cameroun)

"On a fait un match correct. On a pris un but au moment o il ne fallait pas le prendre. On pensait aller jusqu'au bout. C'est dommage, mais c'est le football. On est quand même revenu de très loin dans cette compétition. C'était assez difficile. La meilleure façon de terminer ce tournoi était d'être récompensé. C'est pourquoi la déception est là. Mais je voudrais féliciter le groupe. Même si on n'a pas été à la hauteur comme on aurait pu le penser, tout le monde a mouillé le maillot, a apporté son expérience. Je vais continuer avec l'équipe nationale. Ce n'est pas parce que cela ne s'est pas passé comme il faut que je vais mettre fin à ma carrière. Il y a encore des échéances, la Coupe d'Afrique en Angola et la Coupe du monde (en 2010, ndlr). Il faut avoir d'autres ambitions."

Quaresma77
Ministre
Ministre

Nombre de messages : 2088
Age : 22
Localisation : mourouj 26
Date d'inscription : 05/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Football Can 2008

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 23:09


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum